Réunion du comité du Cadre National pour les Services Climatologiques (CNSC)

Réunion du comité du Cadre National pour les Services Climatologiques (CNSC)

par scom | lun, 03/14/2016 - 10:30

Après la signature du Décret le 08 Février 2016, portant création et organisation du Comité Pluridisciplinaire de Pilotage du Cadre National pour les Services Climatologiques CNSC, les membres du comité du CNSC se sont réunis pour la première fois, le jeudi 10 mars 2016 à la Direction Générale de la Météorologie Ampandrianomby.
La réunion a été présidée par le Directeur Général de la Météorologie, Mme Samüeline RAHARIVELOARIMIZA, représentant permanent de Madagascar auprès de de l’Organisation Météorologique Mondiale.
Cadre Mondiale pour les Services Climatologiques (CMSC)
Le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, en 2011 a annoncé que «Le changement climatique entraîne une multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, et il s’agit de prémunir le développement contre ces dangers.» Eu égard à cette situation, l’Equipe spéciale de haut niveau, a confirmé dans son rapport, sorti en 2011, que «Le Cadre mondial pour les services climatologiques permettra à CHAQUE pays de mieux s’armer pour faire face aux défis associés à la variabilité et à l’évolution du climat.»
Le CMSC, c’est quoi, justement ?
Le Directeur Général de la Météorologie, dans sa présentation a exposé succinctement l’importance capitale du CMSC et de sa mise en œuvre. L’objectif étant justement, d’armer les secteurs clés de développement, pour faire face efficacement aux défis associés à la variabilité et à l’évolution du climat. Au niveau mondial, 5 secteurs prioritaires sont définis : la santé, l’agriculture, la gestion des risques de catastrophes, l’énergie et l’eau.
Dans un contexte mondial, des principes sont à respecter afin de développer des produits de qualité. On peut citer entre autre le renforcement de capacités de tous les pays ; ceux en développement qui sont parmi les plus vulnérables seront priorisés. Le CMSC mènera des activités à échelles géographiques : mondiale, régionale et nationale. Il favorisera l’échange libre et gratuit des données d’observation relatives au climat. Le CMSC regroupe toutes les parties prenantes, il sera constitué par conséquent, de partenariats entre utilisateurs et fournisseurs de services climatologiques. L’optique étant de pouvoir satisfaire les besoins des utilisateurs de services climatologiques.
Par ailleurs, le CNSC est la déclinaison au niveau d’un pays du CMSC. La connaissance des bases du cadre s’avère d’une importance capitale: il est constitué par 5 composantes, afin de satisfaire pleinement les utilisateurs :
 une plateforme d’interface-utilisateurs renforcera les échanges entre la Météo Malagasy et les secteurs prioritaires ;
 un système d’information sur les Services Climatologiques ;
 un élargissement du système d’observation et de Surveillance garant de la production des observations nécessaires ;
 une composante recherche, modélisation et prévision qui vise à définir et à promouvoir les besoins des services climatologiques ;
 un renforcement des capacités qui contribue dans le développement systématique.
Les missions du Comité pluridisciplinaire de Pilotage du CNSC seront d’opérationnaliser le CNSC à Madagascar à travers un plan d’action, qui fera l’objet de la prochaine réunion. Le comité devra également prendre des décisions sur les problématiques identifiées dans la mise en œuvre du CNSC.
Après le 30 Mars 2016, date limite des nominations des membres du CPP-CNSC, un arrêté ministériel de nomination sera émané. La prochaine réunion se tiendra le 14 Avril prochain ; l’ordre du jour sera l’élaboration du plan d’action, toujours dans l’optique d’opérationnaliser le Comité.
Questions – Réponses :
Pour une meilleure planification, dans un délai plus long, la météo Malagasy pourrait-elle offrir un produit fiable ?
Oui, on donne des tendances qui sont utiles dans la planification : la prévision saisonnière a déjà été donnée en mois de Septembre 2015, par exemple, une déficience de précipitations dans le sud a été déjà détectée depuis le mois de Juillet, une forte précipitation dans la partie Nord de l’Ile.
Il est vrai que la prévision a été bonne, mais il faut que la Météo Malagasy insiste sur les prévisions saisonnières ; en général, il faudrait faire comme les alertes cyclones
Le but c’est de pouvoir anticiper les décisions pour le bien des utilisateurs.
Félicitation à la Météo Malagasy, nous ne sommes pas pourtant des vulgarisateurs, mais un comité de pilotage ; faudrait-il alors créer un autre comité, car si l’on reste ainsi, nous n’arriverons pas jusqu’au but : toucher les utilisateurs.
DG : Il faut savoir les besoins des vecteurs, il faut que les secteurs travaillent étroitement avec le producteur (Météo Malagasy), les bonnes questions qui devraient se poser sont: quel est le problème pour chaque secteur ? Quelle serait la solution qui conviendra à ce problème ?
CNSC = traduction du CMSC au niveau national. Donc, nous avons 5 composantes. Nous sommes en train de mettre en place la plateforme interface-utilisateurs, mais y-aurait-il d’autre structure pour chaque composante ? Pourquoi le PNUD est ici le seul Partenaire Technique et Financier ?
C’est en fonction des besoins : chaque pays est doté d’une grande latitude dans la mise en œuvre du CNSC. C’est au comité de pilotage de définir les secteurs prioritaires pour Madagascar.
Administrativement parlant, le PNUD représente l’OMM à Madagascar et techniquement parlant, le RP de Madagascar représente l’OMM.
APMF : les CPP prennent des décisions en tenant compte les études effectuées au niveau de la DGM. Exemple, le secteur maritime exprime ses besoins, on pourrait prendre de meilleures décisions.
DG : effectivement, c’est le cas pour tous les secteurs.
FTM : nous nous orientons surtout vers les secteurs, utilisateurs, il faudrait voir la réalité au sein du pays, et se tourner aussi vers les DECIDEURS. En fait, il y a beaucoup de routines (politique, travail…) dans toute action de l’Etat. Il faut donc cibler aussi les décideurs.
DG : c’est vrai, toutefois, chaque secteur peut apporter les résolutions aux décideurs dans son propre secteur.
DEM : UTILISATEURS= décideurs y sont inclus. Le but, c’est de rectifier les erreurs, l’important donc maintenant, comme figuré dans notre ordre du jour, il faudrait préparer l’arrêté de nomination, le règlement intérieur. Il y aurait des plateformes par secteurs de priorité, que le CPP-CNSC determinera.
Devrait-on s’aligner sur les 5 priorités au niveau mondial ?
DG : nous nous ouvrons sur une grande latitude, c’est de notre pouvoir de décider pour les secteurs prioritaires.
DEM : c’est le comité de pilotage qui déterminera donc les secteurs prioritaires pour Madagascar.
Faudrait-il préciser le niveau hiérarchique des représentants dans le comité de pilotage (DG et plus).
La nomination des membres du CPP-CNSC devrait respecter certain rang décisionnel, comme mentionné dans le Decret; actuellement, nous avons une vingtaine de nominations.
Remarque : relancer la lettre de nomination, mettre au point au niveau de chaque ministère l’importance de ce cadre CNSC, afin que la nomination se porte vraiment sur le rang décisionnel de chaque représentant sectoriel.
OK, on relance la lettre de nomination avec le PV de cette réunion, et les secteurs peuvent rectifier les noms si ce n’est pas approprié.
PNUD est la seule PTF ici présent, à part les Agences d’exécution au niveau des ministères qui ont l’habitude de travailler avec la météo Malagasy. Et les secteurs privés ne sont pas encore inclus.
Une réunion, avec un objectif bien précis nous pousse à avancer, le frein consiste à la présence des décideurs, ce qui reste à voir et à analyser, car toute personne a leur propre responsabilité, une proposition est que c’est très difficile de réunir des DG. Tous les secteurs devraient avoir une certaine latitude dans la nomination de son représentant.
A repréciser : titulaire : rang décisionnel/Suppléant : technicien.
La décision dans un comité ne devrait plus être remise en cause,
DG : une deadline devrait être respectée pour pouvoir aboutir à l’arrêté de nomination des membres du CPP- CNSC.
PNUD : un petit souci se pose : en termes d’institution, qui seront les institutions qui devraient être représentés dans le comité CPP –CNSC ? Faudrait-il une assemblée plus large afin que le comité représente vraiment Madagascar.
DMA : il y déjà eu 3 consultations, on peut dire que le comité est ouvert, mais il faudrait former le NOYAU.
Date, deadline nomination : 30 Mars 2016 : arrêté de nomination
Prochaine réunion : 14 Avril à 9h30 – 11h

 

Laissez un Commentaire